Afin de vous proposer le meilleur service possible, Dr. Schär Institute utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. J’accepte

Plate-forme de connaissances sur les différentes pathologies liées au gluten à destination des professionnels de santé.

Dr. Schär Institute
Menu

L’alimentation sans gluten comme thérapie

Quelle que soit la pathologie, maladie cœliaque, allergie au blé, ou sensibilité au gluten non coeliaque, le traitement est identique : il consiste en une éviction complète du gluten de l’alimentation.
Il faut impérativement poser le diagnostic avant d’adopter une alimentation sans gluten. La mise en pratique se différenciera considérablement en fonction de la pathologie, qu’il s’agisse d’une maladie cœliaque, d‘une sensibilité au gluten non coeliaque ou d‘une allergie au blé. En cas de maladie cœliaque, l’alimentation sans gluten devra être une fois pour toutes adoptée. Les personnes concernées par la maladie cœliaque doivent définitivement renoncer aux aliments contenant du gluten, y compris aux aliments ne contenant que des traces de gluten. Pour ce qui est de la sensibilité au gluten non coeliaque, on peut envisager des interruptions temporaires de l’alimentation sans gluten. Mais cette interruption ne doit généralement pas excéder une période de un à deux ans. En cas d’allergie au blé, l’éviction des aliments contenant du gluten n’est que temporaire. Un traitement à base de cortisone peut s’avérer nécessaire.

Différences dans la mise en place d’une alimentation sans gluten

  Maladie cœliaque Sensibilité au gluten non coeliaque Allergie au blé
Durée À vie Provisoire, au moins un à deux ans Limitée dans le temps
Particularité Rigoureusement sans gluten, pas même de traces Par la suite le cas échéant, seulement „pauvre en gluten Prescription éventuelle de cortisone

Alimentation sans gluten en cas de maladie cœliaque

Le seul et unique traitement de la maladie cœliaque consiste en un régime strict sans gluten à vie. Si la maladie cœliaque n’est pas traitée, il faut s’attendre à des complications. Des erreurs ou un manque de rigueur dans le régime augmentent considérablement le risque de développer des séquelles inhérentes à la maladie cœliaque telles que l‘ostéoporose ou la formation de tumeurs cancéreuses. Il est recommandé d’effectuer régulièrement des examens médicaux visant à mettre à jour et écarter toutes carences ou complications.

Consultation diététique : un soutien dans le changement d’alimentation

Le passage à  l'alimentation sans gluten constitue une modification radicale de la vie des personnes souffrant de la maladie cœliaque. Concernant les enfants, une formation au régime s’avère nécessaire pour l’ensemble de la famille. Doivent être également informés : les grands parents, les amis , les parents proches ,les éducateurs et les enseignants afin d’éviter les erreurs de régime. La consultation d’un nutritionniste qualifié et les informations sur la mise en pratique du régime sans gluten seront une aide précieuse pour le patient qui apprendra à contrôler sa maladie. On recommande une consultation en trois étapes.

Consultation diététique 1 : Anamnèse et entretien avec le patient

  • Idéalement 1 à 2 jours, au plus tard une semaine après l’établissement du  diagnostic
  • Le diagnostic a-t-il été établi de manière sûre ?
  • Existe-t-il d’autres intolérances ?
  • Les explications concernant les points suivants atténuent les craintes du patient :
    • Qu’est-ce que la maladie cœliaque ?
    • Avantages du RSG (régime sans gluten) et inconvénients en cas de non respect du régime.
    • Conseiller de devenir membre de l’association française des personnes intolérantes au gluten (AFDIAG)
  • En fonction des résultats des examens et de l‘anamnèse
    • Compenser les carences alimentaires
    • Prévoir les repas sans gluten de la semaine suivante
    • Recommander des aliments diététiques sans gluten correspondant aux besoins individuels
    • Expliquer l’utilité d’un carnet alimentaire concernant l’alimentation et les symptômes.

Consultation diététique 2 : Conseils et incitation à la prise en charge personnelle

  • Environ une à deux semaines après le premier entretien
  • Analyse des aliments et symptômes notés dans le carnet alimentaire
    • Palier aux carences nutritives et veiller à l’équilibre alimentaire.
    • Encore des troubles ?
    • Encore d'autres intolérances à des produits alimentaires (ex : lactose, fructose, matières grasses) ?
    • Erreur de régime ?
  • Conseils d‘achats
    • Savoir reconnaître les produits alimentaires à risques
    • Expliquer l’étiquetage  des allergène, déchiffrage de la liste d'ingrédients
    • Passer en revue avec le patient les marques  des produits sans gluten
  • Prévoir les menus
  • Laisser le patient  concevoir son plan alimentaire pour la semaine à venir

Consultation diététique 3 : Conseils en matière de cuisine à la maison et de choix au restaurant

  • Environ deux à quatre semaines à la suite du deuxième entretien
  • Éventuellement envisager d’autres intolérances aux produits alimentaires
  • Conseils pour cuisiner chez soi et manger à l‘extérieur
  • Lecture des derniers résultats biologiques
  • Evaluation et discussion concernant les symptômes et l'alimentation notés dans le carnet alimentaire (voire deuxième entretien)
  • Recommandations alimentaires concernant les autres diagnostics (à la suite de la deuxième consultation)
  • Conseils pour cuisiner sans gluten (fournir des recettes)
  • Prévention de la contamination
  • Selon les résultats de l’entretien, prévoir une quatrième consultation

Alimentation sans gluten en cas de sensibilité au gluten non coeliaque

La sensibilité au gluten non coeliaque peut être traitée comme la maladie cœliaque grâce à une alimentation sans gluten. Il est essentiel que le patient n’adopte son régime sans gluten qu’une fois le diagnostic posé. Contrairement au traitement de la maladie cœliaque qui impose des règles strictes au patient, il suffit le plus souvent en cas de sensibilité au gluten non coeliaque de se priver complètement de tout aliment contenant du gluten sur une période donnée. Une fois le diagnostic posé, l’alimentation sans gluten doit être néanmoins observée durant au moins un à deux ans. A la suite de quoi, on pourra passer à une alimentation pauvre en gluten afin d’éviter la réapparition des symptômes. La quantité maximale de gluten tolérée varie d’un individu à l‘autre.

Plus d'informations à ce sujet

Téléchargement 1

Montrer tout

Articles spécialisés 3

Montrer tout

Présentation 1

Montrer tout

Catalogue des produits

Le catalogue contient tous les produits Schär actuellement disponibles avec les valeurs nutritionnelles détaillées et la liste des ingrédients.

La flore intestinale dans la maladie et la santé

À mesure que de nouvelles découvertes et de meilleures techniques d'analyse émergent, nous connaissons de mieux en mieux les bactéries intestinales. Il apparaît de plus en plus clairement que le type et la quantité relative de bactéries présentes dans notre tube digestif jouent un rôle important, tant chez les sujets malades que chez les sujets sains.

>> Lire plus ... <<<
Auteur:
Wilson, B;
Année:
2015

Influence du microbiome sur les maladies associées au gluten

La prévalence croissante des intolérances aux produits alimentaires, en particulier à certains hydrates de carbone, pose un problème majeur de santé publique. À cela s’ajoute que l'intolérance au gluten, ou à des composantes associées au gluten comme p. ex. l’inhibiteur de l’amylase/trypsine (ATI) est tenue responsable de troubles intestinaux (comme p. ex. météorisme et douleurs abdominales, constipation, diarrhées) et de troubles extra-intestinaux (comme p. ex. fatigue, maux de tête, douleurs articulaires, réactions cutanées) chez les patients concernés. Les facteurs déclencheurs des intolérances aux produits alimentaires résident entre autres dans les modifications de la flore intestinale qui agissent sur l’immunotolérance des muqueuses.

>> Lire plus ... <<<
Auteur:
Zopf, Y; Dieterich, W;
Année:
2015

Rôle des microbiotes dans l’apparition et le traitement de la maladie cœliaque

L'homme n'est pas un organisme vivant unicellulaire, mais il cohabite au sein d‘une communauté de billions de bactéries et d'autres micro-organismes. Le tractus gastro-intestinal en abrite approximativement 100 billions, les plus grandes colonies de micro-organismes, couramment désignées par le terme « microbiotes intestinaux » (flore intestinale normale).

>> Lire plus ... <<<
Auteur:
Körner, U; Groeneveld, M;
Année:
2015

Dietary pattern analysis: a comparison between matched celiac and non-celiac subjects (2013)

Nicoletta Pellegrini
Associate Professor
Department of Food Science, University of Parma, Italy

Symposium intitulé «10 ans de recherche sans gluten et perspectives futures», 30.11.2013, AREA Science Parc de Trieste (Italie)
www.drschaer-institute.com