Afin de vous proposer le meilleur service possible, Dr. Schär Institute utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. J’accepte

Plate-forme de connaissances sur les différentes pathologies liées au gluten à destination des professionnels de santé.

Dr. Schär Institute
Menu

Allergie au blé : faire le bon diagnostic

Pour diagnostiquer l’allergie au blé, on recommande au patient de noter les troubles ressentis, puis d’effectuer une recherche des IgE et un prick test cutané. Il faut écarter une maladie cœliaque qui présente cliniquement des symptômes similaires à l’allergie au blé. En cas de résultats négatifs, on envisagera une sensibilité au gluten non coeliaque.
Les tests disponibles ne permettent pas toujours de diagnostiquer correctement l’allergie au blé. Il s’avère donc nécessaire de distinguer l’allergie au blé des pathologies ressemblantes que sont la maladie cœliaque et la sensibilité au gluten non coeliaque.
Le diagnostic de l‘allergie au blé se déroule comme celui des autres allergies. Dans un premier temps, il faut mettre en évidence grâce au journal de bord tenu par le patient et l’anamnèse, les symptômes de l‘allergie au blé ; dans un deuxième temps on pratiquera un test des anticorps spécifiques IgE puis un prick test cutané. Si les symptômes ressemblent à ceux de la maladie cœliaque tels que crampes abdominales, diarrhées, ou nausées, il convient d’abord d’exclure la malade cœliaque.
 

Endoscopie et Histologie de l’allergie au blé

Si les résultats des tests à l’allergie au blé et ceux de la maladie cœliaque ne sont pas clairs, on effectuera pour plus de certitude une endoscopie et une biopsie. Comme pour toutes les autres allergies, ces examens permettent de déceler un large spectre de manifestations en cas d’allergie au blé ; cela part d’un bilan normal concernant les valeurs de l'infiltrat éosinophilique, une augmentation des lymphocytes intra-épithéliaux (Marsh 1), une hyperplasie nodulaire avec une augmentation des follicules lymphoïdes jusqu’à des formes rares d’ulcérations et d’altérations villositaires – surtout chez les enfants en bas âge. La maladie cœliaque est en revanche très facile à dépister grâce aux résultats de la biopsie.
 

Eviction du blé – avant ou après le diagnostic ?

Pour garantir la fiabilité des résultats des tests, un changement d’alimentation, et donc un régime sans blé, ne sera mis en place qu’une fois le diagnostic de l’allergie au blé posé. Le diagnostic de la maladie cœliaque doit avoir été exclu avant la mise en place d’une éviction du blé grâce à une sérologie négative de la maladie cœliaque. Le gold standard du diagnostic des allergies alimentaires résident dans la régression voire la disparition des troubles grâce à une suppression complète des allergènes assortie d’une exposition aux aliments incriminés, en double aveugle, avec contrôle de l’effet placebo. En cas d’antécédents de réaction immédiate grave et d’un dosage positif en IgE spécifiques, il faut renoncer au test de provocation qui mettrait en danger la vie du patient. Il importe d’envisager aussi qu’il existe des cas d’allergie au blé à médiation IgE. Dans ce cas précis, il se peut que le patient ne supporte pas d’autres céréales contenant du gluten comme le seigle ou l’orge.

Arbre décisionnel pour le diagnostic de l’allergie alimentaire Ige dépendante d’après ardelean-jaby

Une fois exclue la maladie cœliaque, on mettra en place le protocole de dépistage pour l’allergie au blé :

   a) Interrogatoire  et noter les troubles dans un journal de bord

   b) Effectuer un Prick test + test épicutané

   c) Effectuer un test des IgE spécifiques dirigés contre le blé

Les limites des tests aux anticorps IgE

Plusieurs tests aux anticorps IgE spécifiques permettent de mettre en évidence les protéines de blé allergisantes dont le test Radioallergosorbant pour le blé (f4) (souvent abrégé CAP-Rast), l‘UmmunoCAP et ImmunoCAP (f79) pour le gluten du blé (gliadine), fournis par Phadia. Il existe aussi des tests de sensibilisation permettant de détecter l‘anaphylaxie déclenchée par le blé et induite par une activité physique (AAIE) (en anglais : wheat-dependent exercise induced anaphylaxis). Phadia propose l’ImmunoCAP (f 416) pour l‘oméga-5-Gliadine thermostable (rTri a 19) sous la forme d’un allergène recombinant. On associera également des tests de provocation orale à un exercice physique (par exemple sur une  bicyclette ergométrique).
En matière de diagnostic, les tests IgE n’ont pas de grande valeur prédictive comme dans tous les autres cas d’allergie alimentaire. Un diagnostic fiable ne peut être posé qu’en combinant un régime d’éviction à une provocation au blé. En particulier chez les enfants en bas âge, qui présentent une dermatite atopique et des réactions souvent relativement retardées, le bilan biologique présente des valeurs très hautes en IgE dirigés contre le blé alors qu’ils supportent très bien le blé. Une fois arrivés en âge scolaire, les enfants chez qui on a décelé une allergie au blé, tolèrent fréquemment à nouveau le blé mais l’allergie au blé peut  perdurer. Un bilan positif des anticorps IgE spécifiques ou un prick test cutané positif au blé étayent la thèse que les troubles résultent d’une allergie mais n’attestent en aucun cas qu’il s’agit d’une allergie au blé. À l’inverse, des résultats négatifs aux tests n’excluent pas le diagnostic d’une allergie au blé. D’où l’importance de faire parallèlement le diagnostic d’une éventuelle maladie cœliaque.

Diagnostic différentiel de l’allergie au blé

L'allergie au blé doit être bien différenciée des autres allergies, notamment des allergies aux autres céréales et de l’allergie au soja car ce dernier est souvent présent dans différentes sortes de pain et de pâtisseries. Et, on doit toujours exclure la maladie cœliaque. Si les tests effectués dans le cadre du diagnostic ne mettent pas en évidence une maladie cœliaque ou une allergie au blé, on peut alors soupçonner une sensibilité au gluten non coeliaque.

Envisager aussi une sensibilité au gluten non coeliaque!

Si aucune maladie cœliaque et aucune allergie au blé n’ont été décelées et si une éviction du blé apporte une régression des symptômes, il faut envisager une sensibilité au gluten non coeliaque (SGNC) aussi appelée « sensibilité au blé non cœliaque - non allergique ». Jusqu'à présent, on n’a pu démontrer l’existence d’une SG-NCque par éliminations successives puisque qu’il n’existe aucun test adéquat.
www.drschaer-institute.com